Vous êtes ici :  Accueil >  Présentation du village de Collias >  LA COMMUNE

LA COMMUNE

HISTOIRE DE LA COMMUNE DE COLLIAS

 

 

La commune de Collias, située sensiblement au centre d'un triangle formé par les villes de Nîmes, Avignon, Uzès est traversée d'Est en Ouest par le Gardon. Son cours amont, sur plus de 10 kilomètres, traverse des calcaires durs, formant un véritable canyon, atteignant des dénivelés de près de 200 mètres, pour déboucher sur le site du village de Collias implanté en surplomb, au affluent de la rivière l'Alzon.

Le territoire communal d'une superficie de 2041 ha, se caractérise par un contraste avec :

  • Au Nord, la plaine alluviale de l'Alzon (1/3 de la superficie de la commune)
  • Au Sud, à l'Est et à l'Ouest, la «Montagne», le versant Nord des plateaux de la garrigue Nîmoise.

Ce contraste se traduit bien au niveau des paysages :

  • Agricole dans la plaine
  • Garrigues et maquis sur les plateaux.
    Collias est à l'écart des grands axes routiers, mais proche des bassins d'emploi de Nîmes et de la Vallée du Rhône. Collias a aussi -encore- une identité rurale, grâce à une réelle agriculture. Ce village, tout en gardant son identité, se veut désormais un village à vocation touristique et de loisirs, nouvelle vocation induite par le paysage, l'environnement préservé, la présence du Gardon, la proximité du Pont du Gard.

Dans cet espace qui se veut protéger, l'attraction d'une population travaillant dans les bassins de Nîmes et d'Avignon est réelle.

L'habitat résidentiel se développe : en 1968, la commune comptait 520 habitants et 262 logements ; en 1999, 829 habitants et 559 logements étaient dénombrés. Aujourd'hui, la population serait autour de 1 000 habitants.

Depuis 2002, Collias, appartenant au Canton de Remoulins, fait partie de la Communauté de Communes du Pont du Gard qui compte environ 2 000 habitants, soit 17 communes situées autour du Gardon depuis le couloir de l'Alzon jusqu'au Rhône.

Les compétences transférées à cette structure de coopération intercommunales sont les suivantes :

  • Aménagement de l'espace, développement économique, protection et mise en valeur de l'environnement, politique du logement et cadre de vie, aménagement et entretien de la voirie d'intérêt communautaire, gestion des déchets.

Il est bon de préciser, pour bien mesurer le contexte géographique et institutionnel, que 51 communes regroupant les Communautés de l'Uzège, du Pont du Gard, du Grand Lussan et le Canton de Saint Chaptes, soit 54 000 habitants, dans le cadre du Pays Uzège - Pont du Gard, mènent une réflexion de développement économique, social et environnemental.

Collias est naturellement présent dans ce débat, essentiel, vu le réaménagement territorial annoncé.

Enfin, retenez que le territoire communal est aussi inclus dans l'aire du SCOT (schéma de cohérence territorial) de l'Uzège - Pont du Gard. Ce territoire - SCOT Uzège Pont du Gard, correspond au Pays et son document d'orientation générale à été approuvé par Monsieur le Préfet en 2007.

Le Plan Local d'Urbanisme de Collias devra être compatible avec les orientations de SCOT.

L'implantation « humaine » dans les Gorges du Gardon est très ancienne. On la date du paléolithique ancien ( 500 000 à 200 000 ans B.P). Le paléolithique moyen (80 000 à 35 000 BP) est la période la plus connue dans les Gorges, par le mobilier découvert, constitué d'éclats et d'outils (Grotte de Bayol, Baume Granier, Grotte du Virage...). En fonction des variations climatiques, notamment par le radoucissement du climat, tout en continuant à occuper les Gorges du Gardon, la colonisation de l'homme se porte sur la plaine de l'Alzon. Plus de 41 sites archéologiques sont recensés sur le territoire communal.

Les implantations grecques et romaines ont été découvertes et suivant les époques, ont montré une présence plus ou moins importante, des Grecs surtout au niveau du site dénommé « l'Ermitage », des Romains, qui à l'instauration de la paix romaine ont défriché cette région, créé des voix de communication, aménagé des villaes (six villaes ont été localisées sur la commune).

L'Ermitage - l'église actuelle qui date du XIème siècle a servi de refuge à de nombreux ermites durant le moyen âge. Jusqu'à l'époque moderne, il a été un lieu de grande procession, et c'est au niveau de ce site, classé en cours de réhabilitation, que fut découvert le nom de Collias dont la toponymie semble venir du grec « Kolias », surnom donné à Aphrodite déesse des sources par les Romains.

C'est vers l'an mil que Collias est né par le rassemblement des écarts et la réorganisation de l'espace rural autour d'une place forte. Les seigneurs d'Uzès y établissent leur résidence. Au XVIème encore le village se nomme communément Montpezat-les-Uzès - on retrouve évidemment, dans ce village, les périodes historiques qui ont marqué l'histoire de France : la conquête des Capétiens, la guerre de cent ans, les guerres de religions, etc..

Des destructions de bâtiment, des fortifications construites ont marqué ces évènements.

Ce n'est qu'à partir du XVIIIème que le village de Collias connaît une relative prospérité. Vers 1850, l'économie repose sur la production de la soie et de la viticulture.

La prospérité du XVIIIème siècle, liée à la production de la soie, fait sortir le village de ses limites traditionnelles, marquées par les anciens remparts. Ces nouvelles constructions sont avant tout agricoles, et s'implantent aux abords immédiats du village - rue des Aires, chemin de la Paille, route de Sanilhac ou de la Clède.

C'est également à cette époque que se développe les mas isolés de la commune. La crise de la soie et la crise agricole font que le village ne connaît plus d'extension notable jusque dans les années 1960-1970.

A partir des années 1970-1975, le développement régional crée de nouveau des expansions :

1975

Le village s'étend vers les chemins de « la torte », « de pitrasse » et de « Ron de Fabre », la typologie urbaine change. Ce sont des résidences principales ou secondaires en milieu de parcelle, sans vocation agricole, délimitées par des haies ou des arbres d'ornements, vastes parcelles créant une ambiance villageoise végétalisée.

Il faut noter que ces extensions ont subi de plein fouet les inondations de 2002 et beaucoup d'habitations ont été détruites puis démolies par décision préfectorale.

1980 et au-delà

L'attraction du village, toujours liée au développement régional est en forte croissance. Elle se réalise sous deux formes :

  • Dans les espaces demeurés vides, entre les constructions de la décennie précédente.
  • Par extension de l'urbanisation sur des territoires de Garrigues désertés par les pâturages ovins extensifs.
    A noter, le long de l'avenue du Pont, les créations :
  • De quelques maisons individuelles
  • D'un parking
  • Du centre socio culturel A. Clément.

Vers la fin du XXème

De nouveaux quartiers se créent, avec des parcelles plus petites, une nouvelle toponymie (chênes verts, rue des genettes, les hauts de Collias...).

En 2002, le lotissement de Campchestève, lié au relogement des familles sinistrées lors des inondations de 2002, suit cette nouvelle morphologie.

1) L'urbanisation a changé la perception du village: le cœur médiéval de Collias est situé sur le versant Sud du coteau du Gardon et l'extension vers le nord rend les nouvelles constructions très perceptibles depuis la route départementale n°981 qui lie Uzès à remoulins. Ainsi, le développement urbain offre une silhouette nouvelle orientée vers le Nord et la plaine de l'Alzon. C'est un changement d'autant visible que les cultures dans la plaine de l'Alzon ont modifié le paysage agricole (disparition dela vigne, puis des arbres fruitiers et implantation du blé) et créent un panorama plus ouvert, où le champ visuel porte, de ces quartiers, la vue jusqu'à Saint Maximin, Uzès.
2) Le village doit connaître un maillage pour garder son identité - et son intégrité - et éviter le morcellement entre quartiers plus ou moins autonomes. Il nous faut, par ce maillage, recréer une harmonie «relationnelle» dans Collias.
3) Le PLU (plan local d'urbanisation) intégrera ces données et envisage la création d'un nouveau quartier, les Arvignans, tourné vers Sanilhac, ce qui équilibrera l'extension. Ce quartier, hérité d'un projet envisagé dans le POS, sera nous le souhaitons, exemplaire dans son agencement et dans sa conception environnementale et architecturale. Mais avant de vous présenter le projet et la démarche que nous souhaiterions mettre en place, il est nécessaire de vous présenter notre politique de développement durable que nous imaginons.

 

Carte des communes

Survolez la carte

Carte des communes Aramon Argilliers Castillon-du-Gard Collias Comps Estézargues Fournès Meynes Montfrin Pouzilhac Remoulins Saint-Bonnet du Gard Saint-Hilaire d'Ozilhan Théziers Valliguières Vers-P
              ont du Gard Domazan
Ou choisissez
votre commune:
Commune de Collias
Commune de Collias Rue de la République 30210 Collias
Tél. 04 66 22 80 91   |   Fax. 04 66 22 90 65

MARCHÉ PUBLIC